• Le réseau Reforme construit des partenariats européens efficaces

    30 juin 2008, par Patricia Gautier-Moulin

    Les 8èmes rencontres du réseau "Reforme" [1] dans le secteur de la construction, se sont déroulées à Gijon (Espagne) du 26 au 28 juin 2008. 200 participants venus de 10 pays européens ont dressé le bilan de leurs actions depuis 2003 et fixé les grandes orientations pour les 3 ans à venir.

    Reforme regroupe des réseaux nationaux et paritaires liés à la formation ainsi que des organismes de formation dans les métiers de la construction. Il s’agit de favoriser les échanges, notamment les "bonnes pratiques" et de produire des références et des outils communs qui seront mis en œuvre dans les différents pays participants. L’objectif est également d’anticiper les évolutions et d’alimenter le dialogue social du secteur.

    Le réseau, créé en 1986 de façon informelle avec 4 pays est né de la volonté des partenaires sociaux du secteur de se rapprocher à l’échelon européen. Aujourd’hui, 10 pays [2] participent au réseau et ce sont près de 200 personnes qui ont assisté à ces 8èmes rencontres, invitées par la Fondation professionnelle de la construction (FLC) des Asturies, membre actif du réseau depuis son origine.

    Au chapitre du bilan, premier point positif, la mobilité. 1300 jeunes ont participé - pour une durée moyenne de 3 semaines – à des échanges transnationaux. "Le bilan quantitatif est encore insuffisant mais on relève des avancées significatives", ont estimé les intervenants : les échanges sont ouverts à tous les jeunes, "c’est une réalité opérationnelle aujourd’hui". Plusieurs outils ont été créés pour répondre à cette priorité, en lien avec l’Europass mobilité. La qualité des échanges réalisés est reconnue, en particulier par les agences nationales en charge de Leonardo. Tous ont souligné les atouts de la mobilité : elle complète les compétences par une ouverture professionnelle, culturelle et personnelle. Le réseau s’est aussi impliqué dans un nombre important d’actions, en particulier dans le cadre de programmes européens, comme par exemple CoPilote qui travaille sur la formation des tuteurs ou le projet Q-case qui concerne la qualité des chantiers-écoles.

    Plan d’action

    Les défis à relever dans la construction pour les prochaines années sont nombreux : prise en compte du développement durable, économies énergétiques, émergence des nouvelles technologies, etc., tous ces thèmes exigeant de nouvelles compétences chez les professionnels. Les structures constitutives de Réforme se sont fixé différents objectifs pour répondre à ces évolutions. Au nombre de ceux-ci, améliorer la qualité et l’attractivité de la formation professionnelle dans le secteur qui souffre d’un grand déficit d’image, promouvoir la mobilité transnationale pour les jeunes et les professionnels, développer la qualification des formateurs et des tuteurs, utiliser davantage les nouvelles technologies dans le système de formation, en créant notamment un centre de formation virtuel pour les formateurs, et développer les certifications professionnelles par la reconnaissance de l’expérience formelle et informelle.

    A l’occasion de ces rencontres, la France qui, via le CCCA-BTP, assurait la présidence de Reforme entre 2005 et 2007 a cédé officiellement la place à l’Espagne.

    [1] RÉseau de FORMation en Europe

    [2] Pays participants au réseau Reforme : Allemagne, Belgique, Espagne, France, Finlande, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède, Suisse.




ci

ci

Publicités
Publicités